Partager cet article

Comme plus de 28 000 freelances, recevez des offres de mission tech à la messure de votre talent sur FreelanceRepublik.

Derniers articles

Régie ou forfait : Comment faire le bon choix ? Avantages et inconvénients

En freelance, vous pouvez choisir le mode facturation le plus adapté pour être rémunéré au juste tarif. En prestation de services, les modes de facturation majoritairement appliqués sont au forfait ou en régie. Quel que soit le choix final, le client doit également pouvoir comprendre ce choix.

Que choisir entre forfait et régie ? Quels sont les avantages de ces modes de facturation ? Comment présenter et négocier le mode de facturation choisi à son client ? Réponses dans cet article…

Qu’est-ce qu’une facturation au forfait ?

La facturation au forfait permet d’établir un devis avec un montant fixe à son client, après avoir estimé :

  • la durée de la mission ;
  • les moyens mobilisés pour sa réalisation ;
  • la valeur ajoutée que la réalisation de cette mission va apporter au client.

Un freelance va ainsi convenir d’un prix fixe pour un livrable avec un client. Il peut s’agir par exemple d’un développeur web qui négocie avec son client d’un prix global concernant la refonte d’un site internet.

Dans ce cas, le freelance peut demander le versement d’un acompte pour sécuriser la relation. Il sera ensuite intégralement rémunéré à la fin de la prestation de services, au prix préalablement convenu sur le devis signé par le client.

Bien évidemment, il est toujours possible de revoir à la hausse ou à la baisse un devis, en accord avec le client et selon l’évolution de la mission. Mais sans l’accord et la signature du client sur un nouveau devis, le tarif reste inchangé.

Le freelance doit ainsi parfaitement évaluer ses tarifs, afin notamment de ne pas être sous-rémunéré par rapport aux heures réelles de travail effectuées.

Un freelance qui choisit de facturer au forfait ou en régie.

Qu’est-ce qu’une facturation en régie ?

Une facturation en régie permet de facturer la réalisation d’une mission à l’heure ou en jours de travail. Dans ce cas, le client ne paie pas pour un résultat, mais pour des heures de travail. Ce type de rémunération s’apparente davantage à celui appliqué pour un salarié.

Le freelance s’engage ici à travailler tant d’heures pour un client. À titre de comparaison, avec une facturation au forfait le freelance s’engage à réaliser une prestation de services à une date donnée.

Comment choisir entre ces 2 modes de facturation ? Les différences

La facturation au forfait est majoritairement appliquée par les freelances. Dans certains secteurs d’activité — notamment dans l’informatique — la facturation en régie peut être davantage adaptée.

Afin que vous puissiez proposer le type de facturation le plus adapté et le plus justement rémunérateur pour vous, voici les principaux critères qui vont permettront de faire le bon choix.

Une obligation de résultat ou de moyen

Le premier critère qui va être déterminant dans votre choix et dans celui de votre client est la finalité recherchée en faisant appel à vos services.

Le client souhaite-t-il la réalisation d’une mission déterminée, avec un détail précis du résultat attendu ? Si oui, votre client souhaite que vous vous engagiez dans une obligation de résultat. Par exemple, vous êtes développeur web. Votre client souhaite que vous lui livriez un site web fonctionnel, optimisé et correspond en tout point au cahier des charges. Dans ce cas, une facturation au forfait est généralement plus adaptée.

Le client souhaite faire appel à vos services régulièrement pour un service global dont les contours sont amenés à évoluer au fur et à mesure de la collaboration ? Il peut s’agir par exemple d’un client vous demandant de veiller à la sécurité et à la maintenance de son site internet. D’autres tâches annexes pourront vous être demandées. En tant que freelance, vous vous engagez ici à une obligation de moyen. Vous vous engagez envers votre client à mobiliser toutes vos connaissances et votre expertise pour atteindre le résultat souhaité par votre client. Dans ce cas, une facturation à l’heure ou au nombre de jours travaillés s’impose, c’est-à-dire en régie. Votre client vous rémunère au temps de travail passé pour réussir au mieux la mission qu’il vous a confiée.

La durée de la mission

Une mission courte avec une date de livraison est généralement facturée au forfait. En effet, le cadre d’exécution de la mission est délimité dans le temps, ce qui permet au freelance d’estimer au plus juste le temps qu’il va passer sur cette mission.

Dans ce cas, il est bien plus facile et plus simple pour le freelance tout comme pour le client de s’entendre sur un prix fixe d’entrée de jeu.

Sur une mission de plusieurs mois, la facturation en régie permet de gagner en flexibilité sur la fixation du prix. En effet, il est bien difficile d’estimer le nombre d’heures travaillées sur plusieurs mois. Le client tout comme le freelance ont davantage intérêt à s’entendre sur un taux journalier moyen (TJM) afin de payer au juste prix cette prestation.

Le cadre fixé pour l’exécution de la mission

Un client qui définit avec précision la mission à exécuter permet d’estimer au mieux le tarif à appliquer pour cette mission. Dans ce cas, une facturation au forfait peut tout à fait s’appliquer. Le freelance aura toutes les informations nécessaires pour établir un tarif fixe.

Au contraire, si un client n’est pas en capacité de déterminer avec précision le cadre d’exécution de la mission, la facturation en régie est plus appropriée. Le client pourra ainsi garder une certaine flexibilité dans l’évolution de la mission à faire réaliser par le freelance. Le freelance quant à lui pourra ajuster sa tarification selon les demandes du client au cours de l’exécution de la mission.

L’organisation des heures de travail du freelance

Sur ce critère, c’est le freelance qui est le plus principal décisionnaire. En effet, en tant que travailleur indépendant (micro-entrepreneur, entrepreneur individuel…), vous êtes libre d’organiser votre planning de travail.

Si vous souhaitez garder une certaine autonomie dans l’organisation de vos heures de travail, facturer une mission au forfait vous permet de garder plus aisément cette liberté d’organisation. Le client payant à la mission et non à l’heure, le freelance n’a pas de compte à rendre sur le nombre d’heures travaillées pour ce client.

Un freelance qui facture en régie devra au contraire justifier ses heures travaillées. C’est pour cette raison que ce type de facturation amène bien souvent le freelance à travailler dans les locaux professionnels du client.

Le cumul ou non de plusieurs clients durant une même période

Tout comme pour l’organisation des heures de travail, le choix de cumuler plusieurs contrats de prestations de service amène un choix entre facturation au forfait ou en régie.

Au forfait, un freelance peut plus aisément cumuler plusieurs missions auprès de différents clients. En effet, comme dit précédemment, un freelance peut aisément organiser sa journée de travail avec une facturation au forfait. Par conséquent, les heures de travail peuvent être réparties pour la réalisation de plusieurs missions durant une même journée.

Avec une mission en régie, le freelance s’engage à travailler un certain nombre d’heures envers un client. Il est par conséquent bien plus difficile de gérer la réalisation de plusieurs missions auprès de plusieurs clients différents.

Comment fixer son tarif ?

La fixation du prix pour une prestation de services va dépendre du mode de facturation. En d’autres termes, est-ce que le freelance facture à l’heure travaillée ou à la mission ? Voici nos conseils pour facturer le plus justement possible vos services.

Au forfait

Au forfait, le prix est fixe pour une mission. Dans ce cas, le freelance peut établir un devis avec un montant fixe pour sécuriser le paiement de la prestation.

Pour fixer le montant du devis, le freelance doit prendre en compte :

  • les heures de travail estimées pour cette mission ;
  • la valeur que cette prestation va apporter au client.

Le paiement se fait à la fin de l’exécution de la mission.

En régie

En régie, le prix global n’est pas fixé à l’avance. Dans ce cas, le client accepte de rémunérer le freelance au nombre d’heures travaillées.

Dans ce cas, la facturation tient compte du taux journalier moyen (TJM) appliqué par le freelance. La rémunération se fait majoritairement ici au mois, en multipliant le TJM par le nombre de jours travaillés par le freelance.

Vous avez maintenant les principaux outils pour choisir une facturation en régie ou en forfait, afin que vous soyez rémunéré à la juste valeur de votre travail.

Ces articles peuvent vous intéresser

Ne perdez plus de temps à prospecter en vain. Inscrivez-vous gratuitement sur FreelanceRepublik, et recevez de belles offres de missions tech. FreelanceRepublik est gratuit pour les freelances.