Fadyl Bello Roufai
Je m’appelle Fadyl Bello Roufai, j’ai 28 ans, j’habite à Bezons et je suis développeur informatique.

Ce freelance est sociable !

✌️ Expérience

4 ans

🤑 Taux Journalier Moyen

520€

🕚 Heures travaillées / semaine

35h

📍 Localisation

Île-de-France

Compétences

Développement de site Web (Symfony)

Comme plus de 28 000 freelances, recevez des offres de mission tech à la messure de votre talent sur FreelanceRepublik.

Fadyl Bello Roufai : « Depuis que je suis Freelance, je suis riche ! Euh… Je suis libre »

Transcription écrite interview Fadyl Bello Roufai — FreelanceRepublik

Quand est-ce que tu t’es lancé en freelance ?

Fadyl Bello : Alors je me suis lancé en freelance le premier jour du premier confinement donc la date je m’en souviens bien, c’était le 16 mars. Mise à part toute cette liberté, il y a aussi un nouveau confort de vie qui vient avec et donc du coup, c’est ce qui me donne vraiment envie de rester freelance aujourd’hui.

Comment trouves-tu tes clients aujourd’hui ?

Fadyl Bello : Je suis dans un domaine où il y a quand même beaucoup de recruteurs qui viennent directement me voir sur LinkedIn et donc au moment où j’ai besoin de changer de mission, je les recontacte et puis en général, la mission arrive assez rapidement.

As-tu des astuces à nous confier ?

Fadyl Bello : Avoir un bon profil LinkedIn, je pense que c’est… En tout cas dans le développement, je pense que c’est largement suffisant.

Essayer de ne pas être trop snob avec les recruteurs parce qu’il y en a beaucoup qui le sont, mais au final, ça reste quand même des humains derrière donc avoir de bonnes relations avec les recruteurs, c’est quand même avoir un bon réseau pour s’en sortir et trouver de belles missions je pense.

Combien de clients as-tu eus jusqu’à présent ?

Fadyl Bello : Depuis le début de mon activité, j’ai eu trois gros clients. J’ai eu trois écoles de formation et des tout petits clients qui en général lancent leur activité.

Quel est ton TJM (Taux Journalier Moyen) ?

Fadyl Bello : Mon TJM, moi, c’est 520 euros par jour.

Selon toi, quelle est la plus grande difficulté à laquelle doit s’attendre un freelance ?

Fadyl Bello : Vraiment la plus grande difficulté, c’est de trouver la première mission et une fois que la première mission elle est trouvée, en général ça va tout seul.

Après je parle pour mon cas parce que je suis dans un métier qui a une très forte demande donc du coup, je n’ai pas vraiment de difficulté pour rechercher des missions.

Mais je pense que vraiment la plus dure, c’était la première parce que moi, j’avais peur.

Je me dis : « Mince, si je n’ai pas de mission, je ne vais pas manger à la fin du mois ». Donc du coup, c’était la première mission qui m’a fait le plus peur et après ça, c’est parti, ça a coulé tout seul quoi.

Qu’est-ce que FreelanceRepublik t’a apporté ?

Fadyl Bello : FreelanceRepublik pour moi, c’est une entreprise qui m’a permis de trouver ma première mission entièrement en télétravail donc ça, c’était vraiment fun et surtout, j’ai été en contact avec Manon qui est une personne qui m’a suivi bien avant que je sois avec FreelanceRepublik, on avait des contacts réguliers.

Je trouvais que le process de recrutement, c’était l’un des plus humains que j’ai eu parmi tous mes process de recrutement en tant que freelance.

Peux-tu compléter cette phrase : « Depuis que je suis freelance… »

Fadyl Bello : Je suis riche ! Euh… Je suis libre, je suis libre. On garde celui-là !

Portraits de freelance