Partager cet article

Comme plus de 28 000 freelances, recevez des offres de mission tech à la messure de votre talent sur FreelanceRepublik.

Derniers articles

Tout savoir sur la gestion de projet informatique

La gestion de projet informatique ne s’improvise pas. De la bonne coordination des tâches à accomplir dépend la réussite du projet dans les délais impartis. Plusieurs méthodes testées et approuvées ont fait leur apparition ces dernières décennies afin de gagner en performance.

Voici une présentation concise de la gestion de projet informatique, avec ses acteurs, les principales étapes à respecter ainsi que les méthodologies de gestion et de management pouvant être appliquées…

Qu’est-ce que la gestion de projet informatique ?

Pour rappel, la gestion d’un projet entendue au sens large du terme représente une série de tâches à accomplir afin d’atteindre un objectif dans un délai imparti. L’objectif à atteindre peut être la production d’un produit ou d’une prestation de services qui représente le livrable.

Le livrable d’un projet informatique prend la forme d’un outil, d’une méthode ou d’un service informatique. La gestion d’un projet informatique est souvent complexe, avec plusieurs parties prenantes à satisfaire ainsi que des contraintes de délais et de coûts.

Afin d’optimiser la gestion d’un projet informatique, tout freelance tech doit pouvoir rapidement identifier les principaux acteurs de ce projet et maîtriser les différentes méthodes d’organisation.

Quels sont les principaux acteurs ?

La réussite d’un projet dépend en partie d’une assignation cohérente des tâches à accomplir entre les différents acteurs du projet. Pour cela, chaque intervenant doit avoir connaissance de son rôle.

Le chef de projet — le MOE

Le chef de projet — également nommé MOE — est la personne qui va diriger l’équipe de travail et opérer les contrôles aux différentes étapes de réalisation du projet. Il s’agit du maître d’œuvre. Le chef de projet va par conséquent organiser l’exécution du projet en assignant différentes tâches à chaque intervenant.

Dans le secteur de la tech, il existe 2 profils de chef de projet : technique et fonctionnel.

Le chef de projet technique est le responsable de l’exécution du projet sur le plan technique. Il s’agit du responsable qui sera en charge de constituer une équipe de professionnels compétents pour la réalisation du projet (ex. : développeur web, développeur mobile, Data analyst…).

Ce dernier devra également aider à l’élaboration du cahier des charges technique. Pour un projet informatique, il va sans dire que le chef de projet technique doit savoir coder et présenter de bonnes compétences en tant que développeur web.

Le chef de projet fonctionnel possède des compétences qui s’étendent au-delà de la réalisation technique du projet. Il gère le projet dans sa globalité, en organisant le planning, en budgétant le projet, etc. Ce dernier travaille donc en étroite collaboration avec le chef de projet technique. Véritable couteau suisse, le chef de projet fonctionnel doit être un bon manager tout en ayant les connaissances de base dans la programmation informatique afin d’assurer la gestion et le suivi d’un projet informatique.

Le client — le MOA

Le client ou MOA est à différencier du MOE. Il s’agit de la personne — ou du groupe de personnes — à satisfaire au moment de clôturer le projet. C’est le maître d’ouvrage.

Pour les projets informatiques à grande échelle, le client délègue généralement son rôle de maître d’ouvrage à une entreprise tierce spécialisée dans la gestion de projet informatique. Elle est chargée de représenter les intérêts du client.

Dans la gestion de projet informatique, le MOA va présenter les objectifs à atteindre, le délai imparti ainsi que le budget alloué. C’est également le MOA qui est en charge de rédiger le cahier des charges. Au vu de la technicité des projets informatiques, le MOA est bien souvent aidé par le MOE pour rédiger le cahier des charges.

Quelles sont les principales étapes de la gestion de projet ?

La gestion de projet informatique sous-entend d’appliquer un process se découpant en plusieurs étapes. Voici les principales étapes à respecter.

Une équipe de travail sur la gestion d'un projet informatique.

Analyser la faisabilité du projet

L’étude concernant la faisabilité du projet fait généralement intervenir plusieurs acteurs. Le client en premier lieu réalise bien souvent une étude de marché.

Le chef de projet doit également vérifier que le budget estimé, les moyens mis à disposition ainsi que le délai imparti sont cohérents par rapport à l’ampleur du projet.

Une fois tous les feux au vert, la réalisation du projet peut pleinement commencer…

Planifier le projet

Une fois le projet validé, il est temps de rentrer dans le vif du sujet en procédant à sa planification. Pour cela, il est conseillé de procéder par étapes :

  1. présenter le projet ;
  2. présenter les objectifs à atteindre ;
  3. décrire les livrables ;
  4. définir les contraintes du projet (structurelles, juridiques…) ;
  5. fixer le délai imparti ;
  6. calculer le budget alloué ;
  7. définir les moyens à mettre en œuvre ;
  8. mesurer les risques.

In fine, le planning d’un projet informatique doit ensuite permettre de découper la réalisation du projet en plusieurs tâches. Chaque tâche devra présenter un délai imparti, un budget à respecter ainsi que la ou les personnes chargées de son exécution.

Exécuter les tâches programmées

À cette étape, le chef de projet doit pouvoir informer chaque acteur du projet de sa tâche à accomplir avec le délai imparti et les moyens qui sont mis à sa disposition.

Dans le meilleur des mondes, les livrables sont produits et livrés dans les délais avec à la clé la pleine satisfaction du client. En pratique, l’exécution du projet doit également inclure une part de risque et d’imprévus afin de pouvoir moduler le planning si besoin. D’où l’importance d’appliquer une méthode de management permettant d’être réactif en cas d’imprévus.

Procéder au suivi et au contrôle de l’exécution du projet

Selon l’étendue du projet informatique, le chef de projet procède à un suivi régulier concernant la bonne exécution des tâches avec à la clé un contrôle sur la qualité du livrable.

À ce stade, la participation du client est sollicitée. Ce dernier doit pouvoir faire des remarques ou demander des corrections à différentes étapes de la réalisation du projet. L’objectif ici est d’éviter un remaniement complet du projet à la fin de son exécution, faute de communication en amont entre le client et les exécutants.

Clôturer le projet

La clôture du projet est une étape tout aussi importante que son lancement. Tous les acteurs du projet doivent être informés de la clôture du projet, afin d’émettre leurs appréciations et leurs possibles réserves.

C’est également le moment opportun de faire un bilan sur la gestion du projet informatique, avec ses réussites, mais également avec ses difficultés et ses imprévus.

Quelles sont les meilleures méthodes d’organisation pour la gestion de projet ?

Plusieurs méthodes testées et approuvées sont proposées pour mener à bien un projet informatique.

La méthode Agile

La méthode Agile comprend plusieurs techniques de pilotage de projet. La principale caractéristique de cette méthode est qu’elle met le client au centre de la gestion de projet.

Ainsi, ses 4 principes fondateurs sont :

  1. privilégier les échanges en direct plutôt que l’envoi de mails ou de messages sur un tchat ;
  2. livrer un logiciel ou une application fonctionnels à chaque étape de réalisation plutôt qu’une documentation exhaustive ;
  3. impliquer le client dans le processus de développement du projet informatique ;
  4. savoir s’adapter rapidement en cas de changement dans l’exécution du projet.

Pour cela, les services d’un coach Agile permettent d’appliquer efficacement la méthode Agile au sein d’une équipe de travail, notamment en ce qui concerne le management.

Des freelances appliquant la méthode Agile pour un projet informatique.

Parmi les méthodes Agile les plus utilisées, figure en tête de liste la méthodologie Scrum. Cette méthodologie propose une approche participative et empirique de la gestion de projet. L’équipe de travail se compose d’une équipe de développement, du Product Owner (le chef de projet) et du Scrum Master (le coach qui pilote les équipes de développement). La gestion de projet est découpée en sprints. Un sprint correspond à une période pendant laquelle une version finalisée et fonctionnelle du produit est réalisée.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les méthodes Agile en freelance, voici notre article dédié : utiliser la méthode Agile quand on est freelance.

La méthode de la cascade — waterfall

Le modèle en cascade — aussi connu sous l’appellation waterfall — permet d’appliquer une approche linéaire et séquentielle à un projet informatique. Le projet est découpé en plusieurs étapes à réaliser dans un ordre prédéterminé. La réalisation du projet se fait étape par étape. Chaque étape doit être parfaitement exécutée et validée par le client avant de passer à l’étape suivante.

Cette méthode est plutôt adaptée aux projets dont chaque étape dépend de la parfaite réalisation de l’étape précédente. Elle permet de maîtriser les coûts et de respecter les délais à chaque phase du projet. Cependant, le modèle en cascade laisse peu de place aux changements de dernière minute.

Le cycle en V

Le cycle en V est une méthode de gestion de projet dérivée de la méthode de la cascade. Le projet est découpé en séquences linéaires avec un visuel en forme de « V ».

La phase descendante correspond aux étapes de conception et de développement du produit. La phase ascendante représente quant à elle les étapes de validation et de suivi du produit. À la jonction de ces 2 flux se situe la phase de réalisation.

Le principal avantage de cette méthodologie est qu’elle est intuitive. Elle demande peu d’efforts de mise en place au sein de l’équipe de travail. De plus, les phases de vérification sont pleinement intégrées tout au long du projet, ce qui limite le risque d’erreur.

Le diagramme de Gantt

Le diagramme de Gantt permet d’avoir un visuel simplifié et concret de l’avancement d’un projet. Il existe plusieurs outils en ligne et tutos pour créer rapidement un diagramme de Gantt.

Concrètement, la colonne de gauche du diagramme présente toutes les tâches à accomplir. La ligne d’en-tête quant à elle permet d’intégrer les unités de temps applicables au projet.

L’avancement de chaque tâche est symbolisé par une ligne horizontale, dont la longueur et son positionnement dépendent de la date et de la durée d’exécution.

Pour en savoir plus : le diagramme de Gantt, l’outil essentiel des chefs de projet.

Le rétroplanning

Le rétroplanning représente une méthode de gestion de projet parfaitement adaptée lorsque le projet comprend une date butoir à respecter impérativement.

En pratique, le rétroplanning permet d’organiser la gestion d’un projet en partant de la fin du projet, avec une planification inversée des tâches à réaliser. La date de début du projet est donc définie en dernier.

Pour savoir quels sont les avantages et les inconvénients du rétroplanning : rétroplanning, définition et utilisation.

La méthode du chemin critique

La méthode du chemin critique (Critical Path Method ou CPM en anglais) permet d’estimer la durée de la séquence de tâches la plus complexe du projet.

Pour cela, les principales étapes à respecter sont :

  1. définir et lister toutes les tâches à accomplir ;
  2. identifier tous les liens de dépendance entre chaque tâche ;
  3. réaliser un diagramme représentant le réseau de tâches à effectuer avec leur lien de dépendance ;
  4. estimer la durée de réalisation de chaque tâche ;
  5. identifier la séquence la plus longue qui correspond au chemin critique ;
  6. calculer la marge totale, c’est-à-dire la durée de retard acceptable pour le projet.

Une fois ce travail effectué, le chemin critique permettra de définir les tâches les plus longues — et bien souvent les plus complexes — à réaliser.

De ce fait, le chef de projet pourra veiller à ce que les délais soient respectés concernant les tâches intégrées dans le chemin critique. Les autres tâches dans une séquence plus courte de réalisation pourront quant à elles subir quelques retards de réalisation sans que cela affecte la date finale du projet.

Ce découpage en séquences présente donc l’avantage de pouvoir suivre l’évolution du projet et d’éviter les retards sur les tâches les plus longues à réaliser.

Nous arrivons à la fin de cette présentation concise sur la gestion de projet informatique. Quelles méthodes utilisez-vous dans votre activité ? Quel est votre rôle dans la gestion de projet informatique ? Avez-vous d’autres conseils et astuces à partager ? N’hésitez pas à nous répondre en commentaire.

Ces articles peuvent vous intéresser

Ne perdez plus de temps à prospecter en vain. Inscrivez-vous gratuitement sur FreelanceRepublik, et recevez de belles offres de missions tech. FreelanceRepublik est gratuit pour les freelances.