Partager cet article

Comme plus de 28 000 freelances, recevez des offres de mission tech à la messure de votre talent sur FreelanceRepublik.

Derniers articles

Suivre son conjoint à l’étranger : quelles solutions s’offrent à vous ?

Il peut y avoir de nombreuses raisons de vouloir suivre son conjoint à l’étranger. Si certains veulent apprendre une nouvelle langue, réinventer une nouvelle carrière professionnelle, d’autres désirent réfléchir ou mettre au point leur projet personnel. Quelle que soit la raison, il s’agit d’une décision lourde qui mérite d’être mûrement réfléchie. Pour partir en toute sérénité et profiter pleinement de cette expérience, il est conseillé de se renseigner sur les différentes formalités.  

Travailler à l’étranger : quelles conditions ?

En fonction du pays adoptif, la décision de suivre son conjoint à l’étranger peut parfois amener l’autre partenaire à mettre en veille sa carrière professionnelle. En effet, les conditions pour obtenir un permis de travail en tant qu’expatrié peuvent varier d’une nation à une autre. 

Permis de travail État membre de l’Union européenne

En général, vous n’avez pas besoin d’obtenir un visa pour vivre dans un autre pays européen si vous êtes vous-même européen. En ce qui concerne le travail, vous pouvez sans problème demander un permis et exercer le métier de votre choix. 

Permis de travail hors Europe

Pour les pays non membres de l’Union européenne, la situation professionnelle des partenaires des expatriés reste compliquée. Seulement 35 États à travers le monde acceptent de donner un permis de travail pour les conjoints. Dans ce cadre, la personne concernée doit entamer des démarches administratives pour obtenir un permis de travail. 

Démissionner pour suivre son conjoint : un motif légitime ?

En France, se rapprocher de son partenaire à l’étranger constitue un motif légitime pour quitter son travail. Cela vous permet de toucher des allocations chômage pendant une durée de 4 ans. Le Pôle Emploi vous verse donc une indemnisation à compter de la cessation d’activité. Si on désire démissionner pour suivre son conjoint à l’étranger, il faut dans ce cas effectuer quelques démarches. La procédure à cet égard peut varier en fonction de la situation d’un salarié, en CDD ou en CDI. 

Quelles solutions quand on ne souhaite pas démissionner ?

Pour certaines personnes, démissionner pour suivre son conjoint à l’étranger est une décision inimaginable. Ces gens préfèrent garder leur travail et pensent le retrouver une fois qu’ils retournent en France. 

Si vous faites partie de cette catégorie, sachez que vous devez calculer vos jours de congé (lire l’article de Comptanoo) avant d’envisager cette option. Cela vous permet de connaître vos droits. Pour obtenir le nombre exact de votre congé, vous devez savoir que le Code du travail accorde à chaque salarié 2,5 jours par mois, soit 30 jours ouvrables par an. 

Dans le cas où 30 jours ne suffisent pas, si on accuse d’au moins 36 mois d’ancienneté, on a la possibilité de demander un autre type congé pour suivre son conjoint à l’étranger. Il s’agit du congé sabbatique dont la durée varie de 6 à 11 mois maximum.  

Il y a aussi la possibilité de demander un congé sans solde de 1 à 5 ans. Ce type de congé peut être octroyé suite à un accord entre l’employeur et l’employée pour divers motifs pouvant être personnels ou professionnels. 

Vous pouvez aussi prendre un congé parental si vous avez un enfant âgé de moins de 3 ans. Le congé parental dure un an au plus, et il est renouvelable deux fois, jusqu’à 3 ans après la naissance de l’enfant.

Trouver un travail ou se lancer en freelance ?

Si on décide de suivre son conjoint à l’étranger, il est possible de se mettre en freelance ou chercher un emploi. Toutefois, la faisabilité de ce projet dépend uniquement de votre pays de destination. 

Grâce à la campagne lancée par des acteurs sociaux comme Permits Foundation, plus de 35 pays à travers le monde accordent l’accès au travail aux partenaires des salariés expatriés. Certains de ces pays, comme l’Argentine, l’Australie, le Royaume Uni, la Nouvelle-Zélande, la Lithuanie, le Canada, le Brésil reconnaissent même les partenaires non mariés. 

Si vous préférez vous lancer en freelance, de nombreuses options s’offrent à vous. Le plus simple, c’est de choisir un travail pour lequel vous êtes qualifié et chercher des missions sur des plateformes de mise en relation. 

Ces articles peuvent vous intéresser

Ne perdez plus de temps à prospecter en vain. Inscrivez-vous gratuitement sur FreelanceRepublik, et recevez de belles offres de missions tech. FreelanceRepublik est gratuit pour les freelances.