Partager cet article

Comme plus de 41 000 freelances, recevez des offres de mission tech à la messure de votre talent sur FreelanceRepublik.

Je m'inscris  ➔

Derniers articles

FreelanceRepublik

+100 missions tech
par semaine

Je m'inscris  ➔
AccueilMarché de la techLangagesNomad vs Kubernetes: Quel outil d'orchestration choisir ?

Nomad vs Kubernetes: Quel outil d’orchestration choisir ?

Dans le monde du développement informatique, la conteneurisation est une pratique de plus en plus répandue en entreprise. Via des outils comme Docker, elle permet de simplifier à la fois les étapes de développement d’une application, mais également son déploiement.

Pour aider à la gestion de ces conteneurs, qui peut parfois être complexe lorsqu’ils sont nombreux, il existe ce que l’on appelle des outils d’orchestrations. Il y en plusieurs sur le marché, et il n’est pas toujours facile de choisir la techno la plus adaptée…

Dans cet article, nous allons comparer deux de ces principaux outils : Kubernetes et Nomad.

Conteneurs, conteneurisation, outil d’orchestration… faisons le point

Mais avant toute comparaison, il est bon de faire le point sur ce que sont exactement les conteneurs et les outils d’orchestrations de conteneurs.

Les conteneurs

Un conteneur est une unité, ou un paquet, contenant une application (concrètement, du code), ses dépendances et ses bibliothèques. Le principe d’un conteneur est de rendre le logiciel indépendant du système d’exploitation. Plutôt que de déployer une application par OS (macOS, Windows ou Linux), elle est déployée via le conteneur, qui lui fait le pont entre le système et le code source.

Cela permet d’avoir un seul code source, déployable sur chaque OS supportant la conteneurisation. Ces conteneurs, pour pouvoir faire tourner une application indépendamment du système, utilisent une technologie de virtualisation.

L’utilisation typique de conteneurs est pendant la phase de développement d’un projet informatique. Grâce à ce paquet, chaque développeur peut faire tourner la même version de l’application sur sa propre machine, sans avoir à déployer de serveur, par exemple.

La technologie de conteneurisation la plus connue est Docker.

Les outils d’orchestration de conteneurs

Cependant, la gestion de ces conteneurs peut vite devenir complexe. Il faut parfois gérer plusieurs images (ou versions) de ces unités, ainsi que planifier leur déploiement et mise en réseau.

Ce besoin rend l’utilisation de conteneurs compliquée si elle est faite à la main. C’est dans l’objectif de simplifier ces tâches qu’existent des outils d’orchestration.

Parmi ces technologies, les plus populaires sont :

  • Kubernetes ;
  • Nomad ;
  • Openshift ;
  • Mesos ;
  • Docker Swarm ;
  • Helios.

Maintenant que nous avons fait le point sur ces outils, il est temps de passer à la comparaison entre les deux technologies qui nous intéressent ici : Kubernetes et Nomad !

Kubernetes et Nomad

Kubernetes

Logo de l'outil de d'orchestration de conteneurs Kubernetes

Définition de la techno

Kubernetes est donc un des principaux outils d’orchestration de conteneurs. Il a été à l’origine créé en interne chez Google pour gérer les charges d’infrastructures de l’entreprise. Annoncée pour la première fois en 2014, la version 1.0 de cette techno a été rendue publique en juillet 2015.

En 2016, cet outil open-source fut offert à la CNCF (Cloud Native Computing Foundation), fondation dont l’objectif est de promouvoir et faire évoluer les outils de conteneurisation. Cet organisme a été fondé par de nombreuses entreprises, dont Google fait partie.

Kubernetes a connu une croissance rapide jusqu’à devenir un des projets open-source les plus populaires au monde.

Dans le monde des outils d’orchestration de conteneurs, Kubernetes s’est même imposé comme le leader – position qu’il occupe toujours aujourd’hui.

Dans la technique

Techniquement parlant, Kubernetes se compose d’un large ensemble de technologies, et a un fonctionnement plutôt complexe.

Un cluster Kubernetes fonctionne sous forme de nœuds (qui peuvent être des machines physiques comme virtuelles). Chaque nœud a un contrôleur d’exécution, appelé kubelet, chargé de communiquer avec l’outil d’orchestration.

La configuration des conteneurs est écrite dans des fichiers YAML (le même type de fichier utilisé que ceux pour définir des chaînes d’intégration et de déploiement continus).

Les conteneurs communiquent entre eux via des services, exposés vers l’extérieur ou non.

Kubernetes inclut aussi d’autres fonctionnalités internes, comme la surveillance de la consommation des ressources et un répartiteur de charges.

Nomad

Logo de l'outil d'orchestration de conteneurs Nomad

Définition de la techno

Nomad est un autre outil d’orchestration de conteneurs, lui aussi open source, et créé par HashiCorp. Son développement a début en 2014, et sa première version a été publiée en 2015. Soit aux mêmes dates que Kubernetes.

Cette techno se démarque de Kubernetes (et de ses concurrents de manière générale), par sa simplicité d’utilisation. Ce qui en fait une très bonne alternative pour les entreprises plus petites, ayant de moindres besoins.

Malgré cela, Nomad n’occupe toujours qu’une très faible part de marché, écrasé – comme les autres outils de conteneurisation – par Kubernetes.

Dans la technique

Techniquement, on peut s’y attendre, Nomad est bien plus simple que Kubernetes.

Il ne repose pas sur des services ni dépendances externes, et ne fonctionne que via un simple processus.

Bien qu’il propose des fonctionnalités similaires à Kubernetes (par exemple, pour la configuration et le suivi des conteneurs), celles-ci sont simplifiées.

Nomad permet par exemple la création, la mise à jour et la suppression de tâches via de simples appels REST.

Kubernetes vs Nomad : la comparaison

Maintenant que nous en savons plus sur Kubernetes et Nomad, il est temps de passer à leur comparaison, pour vous aider à choisir l’outil le plus adapté à votre projet !

Les points communs entre Kubernetes et Nomad

Kubernetes et Nomad étant deux outils d’orchestration de conteneurs, ils ont par conséquent certains points communs.

Parmi ceux-ci, la gestion de défaillance, qui va automatiquement redémarrer les applications et tenter de récupérer les données en cas de problème.

Un autre point commun est la planification automatisée : l’outil d’orchestration peut planifier l’exécution de certaines tâches, ceci de manière intelligente (via un tri et une recherche des hôtes sur lesquels exécuter ces tâches).

Ces deux plateformes offrent également la possibilité de déployer des applications sur des infrastructures sur site, ou sur le cloud.

Les différences entre Kubernetes et Nomad

Bien que les deux technos aient de nombreux points communs, elles possèdent certaines différences, celles-là même qui peuvent pousser à choisir l’une plutôt que l’autre.

Tout d’abord, et c’est ici l’avantage principal de Nomad : cette techno est bien plus simple que son concurrent. Kubernetes nécessite en effet plus de configuration, et, de fait, un niveau de connaissances techniques plus élevé pour être utilisé.

Nomad se veut aussi plus flexible que Kubernetes. En plus de conteneurs (de type Docker), il prend en charge d’autres types de charges de travail, comme les applications binaires et les machines virtuelles. Kubernetes, de son côté, se concentre sur les conteneurs.

En ce qui concerne l’évolutivité, le point va cette fois à Kubernetes. Plus adapté aux gros projets, il est conçu nativement pour les clusters de grande taille, et sera donc plus facilement scalable.

Enfin, et de part sa complexité, Kubernetes sera plus coûteux que Nomad. C’est vrai en terme de ressources matérielles, mais aussi en temps de configuration, et donc en besoin humain.

Conclusion : quelle techno choisir entre Kubernetes et Nomad ?

Nous venons de le voir, Kubernetes et Nomad possèdent des différences assez marquées, suffisamment pour faire pencher la balance vers l’un ou l’autre.

Comme pour tout choix technique, se diriger plutôt vers Kubernetes ou Nomad va avant tout dépendre du besoin et des capacités à disposition.

Kubernetes ayant pour principaux avantages sa communauté (de par sa part de marché), son niveau de configuration et sa scalabilité, cet outil d’orchestration sera parfaitement adapté pour les grosses entreprises ayant de forts besoin, et surtout la compétence technique en interne.

Nomad, de son côté, a pour avantages sa simplicité, à la fois d’apprentissage comme d’utilisation. Pour de plus petites organisations, se lançant tout juste dans la conteneurisation ou ayant de plus faibles ressources, c’est la solution la plus adaptée.

X

Vous avez des besoins
en recrutement IT ?

Prenez RDV  ➔

Ces articles peuvent vous intéresser

Découvrez le nouveau framework de Microsoft : .NET 5 et au-delà 

Chaque année apporte son lot d’innovations majeures et de ruptures qui obligent les développeurs à constamment se former pour...

Strapi, un CMS prometteur pour le développement web

Imaginez un outil qui révolutionne votre manière de créer des sites web, rendant chaque projet non seulement plus fluide,...

Évaluation des compétences techniques d’un candidat tech

Dans un domaine en constante évolution comme celui de la tech, le recrutement de profils qualifiés représente un enjeu...

Ne perdez plus de temps à prospecter en vain. Inscrivez-vous gratuitement sur FreelanceRepublik, et recevez de belles offres de missions tech. FreelanceRepublik est gratuit pour les freelances.

Je m'inscris  ➔