Partager cet article

Comme plus de 28 000 freelances, recevez des offres de mission tech à la messure de votre talent sur FreelanceRepublik.

Derniers articles

Comment créer et monétiser ses API quand on est développeur ?

Vous êtes développeur et aimeriez créer et monétiser vos propres API ? C’est plus simple que ce que vous pensez !

À travers cet article, nous allons voir ensemble comment faire pour créer et distribuer vos propres API, en les monétisant, pour ainsi gagner de l’argent de manière passive.

Déjà, qu’est ce qu’une API

Avant toute chose, revenons un peu en arrière ! Définissons ce qu’est exactement une API, et prenons quelques exemples.

API signifie Application Programming Interface, soit interface de programmation, en français. Dans notre cas, il s’agira de services web, mis à la disposition d’utilisateurs et appelables via des URL. Une API répond à un problème spécifique en donnant accès à des informations ou en faisant des opérations, en fonction des données envoyées en entrée (dans l’appel).

Une API peut-être gratuite, payante, ou mixte, comme on le verra.

Quelques exemples

Voyons ensemble quelques exemples d’API existantes.

On peut par exemple citer OpenWeather Map, permettant d’accéder aux prévisions météorologiques, ou encore Open Food Fact, qui met à disposition des informations sur les aliments.

Enfin, citons en exemple aussi Open API France, la bibliothèque d’API mise à disposition par le gouvernement français. Elle contient tout un ensemble de sous-API concernant aussi bien la santé, l’emploi, ou l’urbanisme.

Nous avons déjà créé un article dédié aux API gratuites les plus utilisées, dans lequel vous retrouverez plus d’exemples !

Comment créer une API ?

Femme écrivant "Use Apis" sur un tableau blanc

Les API, dans la technique

Si vous êtes développeur, encore plus si vous êtes spécialisé en back-end, vous n’allez pas apprendre grand chose dans cette section. Néanmoins, il est important de rentrer un peu dans la technique, de voir comment une API doit être organisée.

Prenons le cas d’une API REST qui permettrait de récupérer des recettes de cuisine en fonction d’un id. On aurait donc des requêtes GET sur une ou plusieurs URL différentes.

Il convient dans un premier temps de définir ces URL, sur lesquelles on va venir consommer les données. Par exemple, cela peut être :

# Un GET sur cette URL retournerait toutes les recettes disponibles
<https://exemple.com/recettes>
# Un GET sur cette URL retournerait la recette dont l'identifiant est 23
<https://exemple.com/recettes/id/23>

Évidemment, ce n’est qu’un simple exemple. On peut imaginer que vos API pourraient permettre de récupérer une recette en fonction de ses ingrédients, de son temps de préparation, etc.

Aussi, et c’est surtout important si vous voulez monétiser votre API, il faudra passer en paramètre un token, permettant d’identifier de manière unique le compte faisant l’appel à l’URL. C’est important pour le suivi (nombre de requêtes consommées, autorisations, etc.).

En retour de ces requêtes, on pourrait imager un objet JSON qui ressemblerait à ça :

{
	id: 23,
	name: "Boeuf Bourguignon",
	totalCookingTime: 4,
	easiness: 1,
        ingredients: [...],
	... 
}

Et voilà, vous avez une API théorique !

Comment monétiser une API ?

Maintenant qu’on sait à quoi ressemble une API, parlons de ce qui nous intéresse ici, à savoir sa monétisation.

Pourquoi vendre ses API ?

Déjà, répondons à la question : pourquoi vendre ses API ? En effet, on pourrait en créer et les mettre à disposition gratuitement, il y en a déjà tellement. Cependant, il y a plusieurs raisons en faveur de la monétisation une API.

La première raison est évidemment financière. Vous passez du temps à créer une API, elle coûte de l’argent en hébergement et vous aimeriez bien qu’elle vous en rapporte.

L’avantage avec une API, c’est que l’argent généré, si votre API est bien construite et ne nécessite pas d’évolutions, sera passif ! Vous développez le tout une fois, en faites la promotion et elle générera de l’argent automatiquement.

Mais l’argent n’est pas la seule raison qui peut pousser un développeur ou une entreprise à mettre à disposition une API.

Exposer des API peut permettre un gain en visibilité. Par exemple, une entreprise qui propose un produit (ou un service), peut mettre en ligne une de ses API (qui peut être utilisée par ledit service), pour attirer un public, et promouvoir son service derrière.

Mais aussi, une API peut être un très bon moyen d’acquérir des données, du big data, pour faire derrière de l’analyse de données, de la statistiques, de la revente, etc. Par exemple, pour notre API de recettes de cuisine, vous pouvez facilement savoir l’heure à laquelle sont faits les appels, le pourcentage de recettes végétariennes demandées (et sa variation au fil du temps), etc. Et proposer ces statistiques à la revente ; elles pourraient permettre de prévoir à l’avance quel type d’aliment sera acheté et quand. Attention toutefois, il faut bien sûr que cette utilisation respecte des obligations légales (RGPD), voire éthiques.

Choisir son moyen de monétisation

Il y a plusieurs moyens de monétiser une API.

Par exemple, on peut proposer à l’utilisateur différents plans, avec différents tarifs, dépendant des ressources dont il a besoin.

On peut aussi le faire payer à l’utilisation (x centimes seront facturés à chaque appel).

Enfin, on peut faire payer son client en fonction des ressources demandées (bande passante, stockage des données si besoin, etc.)

Peu importe le moyen choisi, il est possible d’offrir une version gratuite à l’utilisateur. Par exemple, 1000 appels à l’API mensuels gratuits, et au-delà, l’API devient payante.

Les marketplaces pour vendre vos API

Une fois votre option de monétisation choisie, reste à mettre à disposition votre API aux utilisateurs ! Pour, ça, il y a deux manières principales.

En indépendant

La première, est de tout gérer en indépendant. C’est-à-dire, de créer votre propre site, d’héberger vous-même vos API, de gérer les paiements, la distribution des tokens, etc.

C’est notamment la meilleure solution si votre but est également marketing, de faire connaitre votre nom ou votre marque et non pas seulement votre API.

Elle complique néanmoins la tâche et peut prendre du temps, de créer toute la chaîne de mise en production de l’API (notamment l’intégration d’un système de paiement).

Via des marketplaces

L’autre solution, plus simple, est de mettre à disposition votre ou vos API sur des marketplaces.

Il existe en effet des places de marché pour les créateurs d’API. Le principe ? C’est la marketplace, en échange d’un pourcentage sur ce que vous allez facturer (en général autour de 20 %), qui va tout gérer. Le paiement, la mise à disposition du serveur, la gestion des ressources allouées, etc.

Ici, très peu de moyen de faire de promotion, en revanche le gain de temps peut être considérable.

Voyons quelques-unes de ces marketplaces.

RapidAPI

Logo du marketplace pour créer et vendre ses API RapidAPI

La première solution que nous allons évoquer et RapidAPI. Cette plateforme vous permet de mettre facilement en ligne vos API, via une interface graphique. Une fois votre code uploadé, elle va même générer automatiquement une documentation.

La place de marché prend en charge la facturation, vous permet de fixer les prix que vous voulez selon les modèles que vous désirez. RapidAPI prendra 20% sur les sommes perçues.

Rakuten

Logo du marketplace pour créer et vendre ses API Rakuten

Rakuten propose la même chose que RapidAPI. C’est-à-dire la possibilité de mettre en lignes vos API via une interface graphique, avec une génération automatique de documentation. Là aussi, Rakuten prend tout en charge, et demandera également 20% de commission sur ce que vos API rapporteront.

Prompt API

Logo du marketplace pour créer et vendre ses API Prompt API

Cette dernière option se veut en revanche bien différente des deux autres. Déjà, car Prompt API est bien plus sélective sur les API que la plateforme met à disposition. Chaque demande de mise à disposition d’API doit être soumise via un formulaire, et les interfaces ainsi envoyées sont testées par les équipes de Prompt API. C’est ce qui explique qu’il n’y a pas beaucoup d’API disponibles sur ce site.

Aussi, le site a deux façons différentes de gérer les API soumises, chacun avec son propre modèle de paiement :

  • Prompt API peut héberger elle-même votre API (sur Google Cloud Platform), et dans ce cas prend 60% des revenus générés ;
  • Ou alors, vous hébergez vous-même votre API (chez Google Cloud Platform également ou Amazon Web Services, ou autre, c’est vous qui choisissez) et Prompt ne fait office que de proxy. Dans ce cas, les revenus dépendent du uptime de votre API (son % de réponse, son taux de fiabilité). Au-delà de 99,98%, vous prenez 87% des revenus, 80% si le uptime est entre 99,97% – 99,96%, et enfin, 40% si ce pourcentage est inférieur à 99,96%

Quelles API créer ?

Vous êtes motivé pour créer et monétiser votre propre API, mais n’avez pas encore d’idée ?

Le mieux est de s’inspirer d’API existantes mais perfectibles, de vos propres besoins en tant que développeur ou de besoins en données dont vous entendez parler.

Vous pouvez aussi vous baser sur des API déjà existantes, libre d’utilisation, et les affiner pour créer vos propres API. On donne quelques exemples sur notre article parlant des meilleures API publiques.

Et si vous voulez plutôt innover, penchez-vous sur ce qui marche en ce moment, et les besoins du futur. Par exemple, la domotique, les objets connectés ou l’impression 3D.

Ces articles peuvent vous intéresser

Ne perdez plus de temps à prospecter en vain. Inscrivez-vous gratuitement sur FreelanceRepublik, et recevez de belles offres de missions tech. FreelanceRepublik est gratuit pour les freelances.