Partager cet article

Comme plus de 28 000 freelances, recevez des offres de mission tech à la messure de votre talent sur FreelanceRepublik.

Derniers articles

Avantages et inconvénients du portage salarial

Se lancer en indépendant peut ressembler à une véritable plongée en milieu hostile. Donner de la visibilité à son activité, trouver des clients, choisir correctement son statut juridique et gérer ses formalités administratives… Vous avez besoin de temps et d’énergie pour assurer la gestion de tout ceci ! Le portage salarial peut vous aider à prendre en charge une partie de votre activité. Découvrez les avantages et les inconvénients du portage salarial en freelance.

Le portage salarial, qu’est-ce c’est ?

Le portage salarial est un type de contrat de travail. Il instaure une relation tripartite entre un travailleur indépendant, un client et une société de portage. Cette dernière se positionne entre le freelance et son client, comme dans le salariat.

Ce statut se présente donc comme une alternative au statut de micro-entreprise, mais aussi à la SASU. Le freelance travaille donc à la fois de manière totalement indépendante et comme s’il était salarié d’une entreprise : 

  • Il fixe ses propres conditions : son taux de facturation, ses horaires, son périmètre d’intervention, il choisit ses clients.
  • Il bénéficie des avantages sociaux liés au salariat. Et en même temps, il exerce son activité indépendante.

Avec le portage salarial, les indépendants interviennent ponctuellement ou sur la longe durée. De plus, les freelances peuvent se lancer rapidement. En effet, la société de portage prend en charge toutes les démarches administratives, et limite également les risques inhérents au statut d’indépendant. 

Enfin, le portage salarial possède sa propre convention collectives nationale de branche. Il offre donc des conditions de travail sécurisées, en accord avec les partenaires sociaux. Cette convention collective encadre les relations entre le freelance et la société de portage. C’est notamment le cas pour la rémunération mensuelle minimale brute, fixée entre 70% et 85% du plafond mensuel de la sécurité sociale.

Qui peut travailler en portage salarial ?

Plus de 750 métiers peuvent exercer en portage salarial : presque tous les travailleurs indépendants peuvent donc y avoir recourt. Cependant, trois types de mission sont exclus de ce statut : la garde d’enfants, les travaux ménagers et le jardinage pour les particuliers.

Les professionnels peuvent faire appel à ce statut tout au long de leur carrière. La seule condition est de pouvoir justifier d’un certain niveau d’expertise dans son domaine. Le freelance doit ainsi présenter un diplôme équivalent au baccalauréat, ou justifier de 2 ou 3 ans d’expérience professionnelle dans son domaine d’exercice.

Pour certains professionnels, le portage salarial est particulièrement attractif : 

  • Les personnes en fin de contrat ou les demandeurs d’emploi. Ils peuvent reprendre une activité après une période de chômage, en attendant de retrouver un emploi salarié ou pour se reconvertir.
  • Les salariés qui souhaitent exercer une activité complémentaire, ou faire un test avant de lancer leur activité indépendante.
  • Les retraités ou les pré-retraités qui veulent continuer de travailler pour valoriser leur expertise en fin de carrière ou s’assurer un revenu complémentaire.
  • Les jeunes diplômés, pour gagner en compétence et en expertise, tout en limitant leur prise de risque.
  • Tous les indépendants : créateurs d’entreprise et freelances qui souhaitent travailler librement tout en bénéficiant d’un soutien.

Découvrez les avantages et les inconvénients du portage salarial en freelance.

Avantages et inconvénients du portage salarial en freelance
Photo de Paige Cody sur Unsplash

Quels sont les avantages du portage salarial ?

Le portage salarial est un compromis entre le statut d’indépendant et celui de salarié. Il offre des avantages liés aux deux statuts : 

  • La liberté de l’indépendance. Le freelance porté établit lui-même son emploi du temps, comme tous les indépendants. Il choisit ses missions, trouve ses propres clients et mène les négociations.
  • Fixer soi-même sa rémunération. L’indépendant garde la maîtrise de sa rémunération : c’est lui qui fixe son taux journalier et son forfait d’intervention sur une mission.
  • Bénéficier des avantages sociaux des salariés. La société de portage confère à l’indépendant un statut de salarié. A ce titre, il paye des cotisations sociales et bénéficie donc de tous les avantages sociaux : l’assurance chômage, la retraite et le régime général de la sécurité sociale.
  • Les risques sont assumés par la société de portage. La responsabilité civile professionnelle est prise en charge, ainsi que les risques inhérents à l’activité d’une indépendant. Le freelance bénéficie donc d’un statut protecteur, comme un salarié.
  • Les démarches administratives sont simplifiées. Le freelance ne prend pas en charge la création de son statut, ni les déclarations à l’URSSAF : la société de portage s’occupe de l’administratif. C’est également elle qui envoie les devis aux clients du freelance et édite les factures. 

Un mode de facturation simplifié et flexible

Le mode de facturation permet au portage salarial de conférer à la fois les avantages de l’indépendance et du salariat. Le freelance édite sa facture et l’envoie à la société de portage, qui lui verse un salaire chaque mois. De plus, l’indépendant n’a pas besoin d’attendre la fin de la mission, puisque la rémunération s’adapte au temps effectivement travaillé.

Enfin, le portage salarial définit une rémunération minimum. Les freelances touchent au minimum 2413,5€ bruts par mois pour un équivalent temps plein. Ce montant minimum peut être plus élevé : il est fixé entre 70% et 85% du plafond mensuel de la sécurité sociale.

Quels sont les inconvénients du portage salarial ?

Avant de se lancer avec le portage salarial, le freelance doit prendre en compte les inconvénients liés à ce statut juridique : 

  • Tout le monde ne peut pas se lancer. En effet, pour intégrer une société de portage, l’indépendant doit pouvoir présenter un diplôme niveau bac + 2 ou une expérience professionnelle d’au moins deux ans dans l’activité qu’il souhaite exercer en portage.
  • Le freelance doit trouver lui-même ses clients. De fait, la société de portage n’efface pas cet inconvénient de l’activité indépendante.
  • La rémunération minimum : si l’indépendant touche moins de 2413,5€ bruts par mois pour un équivalent temps plein, il ne peut pas exercer son activité en portage salarial.
  • Les frais de gestion : la société de portage confère des avantages sociaux et entrepreneuriaux, mais elle a un coût. L’indépendant doit donc s’acquitter de ces frais de gestion, qu’il déduit de son salaire. Ces frais varient entre 5% et 15% des revenus du freelance en fonction de la société de portage.

En conclusion, en portage salarial l’indépendant bénéficie des avantages du statut de salarié comme de ceux du statut d’indépendant. En effet, il conserve ses avantages sociaux et est libéré des charges administratives. Cependant, certains inconvénients sont rédhibitoires : l’expérience professionnelle et la rémunération minimum sont une barrière à l’entrée des indépendants qui démarrent tout juste. Les frais sont aussi à prendre en compte dans le calcul coût/bénéficie des avantages et des inconvénients du portage salarial en freelance.

Ces articles peuvent vous intéresser

Ne perdez plus de temps à prospecter en vain. Inscrivez-vous gratuitement sur FreelanceRepublik, et recevez de belles offres de missions tech. FreelanceRepublik est gratuit pour les freelances.